Rechercher
  • Jackie Demers

C'est comment, intégrer L'ILOT? Jackie raconte son expérience des derniers mois...

Le 12 juillet 2021, j’arrivais à L’ILOT. Il y a 5 mois. Pourtant, je m’y sens comme si j’y étais depuis des années. Pourquoi? Voici les pistes que j’ai explorées (et que je continue de creuser) pour le comprendre…


Le premier contact

Notre premier échange, avant même de savoir que nous allions travailler ensemble, a été très fluide. Des humaines curieuses de connaître d’autres humaines. Un coup de cœur professionnel.


Les échanges de suivis

Un partage d’enthousiasme, une clarté et une ouverture sur les besoins respectifs, ont fait que les premiers échanges plus transactionnels ont été constructifs et empreints de respect.


La première rencontre avec l’équipe

L’ILOT tenait son lac-à-l’épaule annuel à la fin juin, un peu avant mon entrée en poste. Mes futures collègues m’ont donc invitée à me joindre au traditionnel souper du lac-à-l’épaule comme première occasion pour apprendre à nous connaître. Je me rappelle les avoir entendues, visiblement excitées, dire : « Jackie arrive! » en venant m’ouvrir la porte. C’était peut-être que l’apéro avait déjà fait son effet, mais les conversations animées et déjà profondes qui ont suivi m’ont confirmé qu’elles ne faisaient pas juste semblant d’être contentes d’accueillir une nouvelle personne dans leur « îlot ». Je suis sortie de cette soirée le cœur léger, emplie de hâte de commencer mon aventure avec ces personnes uniques.


La glace était brisée, j’étais déjà immergée dans ce nouvel univers et, en même temps, ça coulait naturellement.

La première journée

Le hasard et la pandémie ont fait que ma première journée de travail se tenait la première réunion d’équipe en personne depuis longtemps. Entre un moment d’échange pour prendre le temps d’arriver, un retour sur nos profils selon l’ennéagramme, un atelier de co-construction sur les principes qui guident notre travail au sein de L’ILOT, des partages authentiques de mes collègues et la planification de la cohorte ACTE de l’automne, j’ai d’emblée goûté à la magie d’être avec des gens allumés, ambitieux, créatifs, ouverts et tellement « groundés » à la fois. La glace était brisée, j’étais déjà immergée dans ce nouvel univers et, en même temps, ça coulait naturellement.


Les semaines d’intégration

Entre les rencontres d’intégration avec Sonia, les observations de rencontres avec des clients, les réunions d’équipe et les rencontres de partage d’informations, j’avais plein de lectures inspirantes à faire, de mandats phares à consulter et d’opportunités de commencer concrètement à expérimenter les outils et pratiques de L’ILOT. Mes collègues prenaient soin de me partager leurs observations, de me demander mon avis et de répondre à mes mille questions, parfois avec des « hum, bonne question! », des « oui, on est rendues là, si tu as des suggestions » ou des « on pourrait prévoir un moment pour te partager plus d’information à ce sujet ». J’avais la satisfaction d’être immensément stimulée par la diversité des thématiques auxquelles j’étais exposée, d’être privilégiée de collaborer avec des femmes aussi compétentes et assumées dans la volonté de « faire autrement », de découvrir des leaders, des organisations et des collectifs aussi motivés et déterminés à améliorer notre société. Tout ça en ayant le sentiment profond que tout mon parcours m’avait menée jusque là – même si, aux yeux de plusieurs, mon travail à L’ILOT détone complètement avec ce que j’avais fait jusqu’à ce moment 😉.

Aujourd’hui, 5 mois après avoir joint L’ILOT, je m’y sens bien. Je sens que je fais partie d’un tout cohérent, plus grand que la somme des parties.

Le quotidien qui s’installe

Lorsque l’automne est arrivé, j’ai fait mes premières coanimations avec Marilyn, j’ai développé et adapté de nouveaux outils avec Marie-Ève, j’ai échangé avec Cynthia sur les pratiques organisationnelles et j’ai commencé et terminé « mon » premier mandat avec Sonia. La confiance s’est installée : la confiance en moi-même dans toutes ces nouveautés, qui se bâtit à mesure que je comprends mieux l’écosystème, que j’expérimente les contenus et que je les relie à mes propres expériences et convictions; celle de mes collègues à mon égard qui reconnaissent mon bagage, constatent nos complémentarités et partagent généreusement avec moi ce qu’elles sont; celle que moi j’éprouve à l’égard de mes collègues par leur ouverture, leur compétence et leur authenticité.


Aujourd’hui, 5 mois après avoir joint L’ILOT, je m’y sens bien. Je sens que je fais partie d’un tout cohérent, plus grand que la somme des parties. J’ai une grande gratitude pour mes collègues qui ont ce souci et cette capacité de faire vivre l’humanité, la vraie, au travail. Et pour avoir été témoin des célébrations des 5 ans de L’ILOT, je sais que je ne suis pas la seule à croire en la pertinence et la nécessité de faire profiter le plus de personnes, d’organisations et de communautés de cette magie.


- Jackie


244 vues0 commentaire