Please reload

À lire aussi

Développer son «esprit de rébellion»

02/04/2019

En intégrant dans le titre de ce billet d’humeur l’expression « esprit de rébellion », j’avais le sourire en coin. Bien que je ne sois pas « rebelle », j’embrasse l’idée que nous puissions développer notre « esprit de rébellion » pour sortir des cadres préétablis, notamment auprès de nos institutions. Ce titre m’est venu lors d’une relecture récente du livre Une éducation sans école écrit par Ivan Illich où il présente avec justesse que lorsqu’on navigue en marge des institutions, on est assurément perçu comme un « esprit de rébellion » : se soigner seul parait aux yeux de tous un acte irresponsable, acquérir seul son instruction représente un danger, créer une organisation nouvelle aux contours différents est menaçant. Et si c’était précisément en développant notre « esprit de rébellion » que nous arrivions à transformer ?

 

 

Il me semble important que chacun se rappelle l’importance de développer son « esprit de rébellion ». Je me souviens du temps où je me laissais porter par les règles, les normes, les cadres et les institutions qui installent autour de moi les balises du fonctionnement social. Ces derniers sont si présents que j’en viens parfois à confondre mes valeurs profondes avec les valeurs portées par ceux-ci. Depuis plusieurs années, je m’efforce régulièrement de revisiter mes valeurs profondes pour tenter d’agir en cohérence avec celles-ci. Cela m’amène souvent à agir « en dehors » des normes habituelles et, par conséquent, je rencontre souvent de la suspicion, des épreuves et beaucoup de résistance. En 2018, j’en ai beaucoup rencontré.

 

En ce début d’année 2019, j’ai donc choisi de prendre un peu de recul en m’éloignant de mon quotidien pour quelques semaines (la chaleur et le soleil sont toujours des alliés précieux de ma réflexion !). Ce recul me permet de faire le point sur l’année qui vient de se terminer et d’engager une réflexion sur l’année à venir. J’aime alors me replonger dans des lectures qui m’aident à me recentrer. À travers mes lectures, j’ai redécouvert quelques citations clés qui sont pour moi des guides importants pour ne pas oublier d’entretenir mon « esprit de rébellion »... cet esprit qui nous permet de nous redécouvrir, de nous transformer et de transformer le monde dans lequel nous vivons.

 

Retrouver son intériorité

 

« Quand on éduque un enfant, il apprend à éduquer. Quand on fait la morale à un enfant, il apprend à faire la morale ; quand on le met en garde, il apprend à mettre en garde ; quand on le gronde, il apprend à gronder ; quand on se moque de lui, il apprend à se moquer ; quand on l’humilie, il apprend à humilier ; quand on tue son intériorité, il apprend à tuer. Il n’a alors qu’à choisir qui tuer : lui-même, les autres ou les deux » - Alice Miller

 

Depuis notre naissance, nous grandissons en apprenant par observation et par imitation. Nous sommes encouragés à « agir comme il faut », selon ce qui est acceptable et accepté. Nous sommes littéralement formés à être comme il se doit, en refoulant notre intériorité et en la remplaçant par la bienséance… oubliant que nous sommes beaucoup plus que le produit de la société.

 

Si l’on veut libérer notre « esprit de rébellion », il me semble essentiel de retrouver notre intériorité, de retrouver qui nous sommes au plus profond de nous-mêmes. Faire le silence autour de nous, réduire le bruit de la communauté, redonner vie à cette petite voix intérieure. La nôtre. S’il le faut, (ré)apprendre le langage de cette petite voix pour mieux (re)découvrir ses valeurs et ses aspirations profondes.

 

Visiter le monde imaginaire

 

« Nous sommes habitués à opposer monde réel et imaginaire. Mais dès que nous laissons s’exprimer notre nature – joueuse, enthousiaste et créative de naissance –, ils retrouvent leur gémellité. Notre santé s’avère dépendre de la fréquence à laquelle nous cessons de rompre les liens qui unissent le réel et l’imaginaire. » - André Stern

 

Nous avons appris très jeune que jouer n’est pas sérieux et que le monde imaginaire n’existe pas. Or, pour ma part, les moments les plus heureux dans ma vie se sont produits alors que je rêvais et que je cessais de « me prendre au sérieux ». En fait, c’est précisément lorsque je visite le monde imaginaire et que je m’amuse à l’inventer, par essais et erreurs, que je me sens vivre. Visiter le monde imaginaire et jouer à le créer vous aidera à nourrir votre « esprit de rébellion ».

 

Nourrir sa créativité

 

« Protégez votre vie créatrice. Pour éviter la faim de l’âme (…) pratiquez la création chaque jour. Ne laisser nul homme, nulle femme, aucune pensée, aucun compagnon, aucun ami, nulle religion, aucune activité professionnelle, aucune voix grincheuse vous conduire à la famine [de l’âme]. Si nécessaire, montrez les dents. » - Clarissa Pinkola Estes

 

Nous sommes la vie et la vie est création. Notre vitalité dépend de notre créativité. Si l’on reste coincé dans les normes, les cadres et les institutions en négligeant de créer, on s’efface doucement. Et lorsqu’on s’efface, on disparait. Il faut se trouver un espace pour pratiquer la création : poser des questions, travailler de ses mains, raconter son histoire, contempler, etc. Entretenir son « esprit de rébellion » nécessite de faire croitre sa créativité.

 

Redéfinir ses désirs

 

« On ne désire pas une chose parce qu'elle est bonne, c'est parce que nous la désirons que nous la trouvons bonne. » – Spinoza

 

« L’esprit de rébellion » c’est aussi savoir reconnaitre nos propres désirs, les redéfinir au fil de nos expériences de vie et agir en cohérence avec ceux-ci. Retrouver son intériorité, visiter le monde imaginaire, nourrir sa créativité sont toutes des avenues possibles pour redécouvrir ses désirs profonds et les faire vivre au quotidien.

 

Explorer les marges

 

« Tous font confiance au traitement que seule l’institution peut entreprendre et, par conséquent, tout accomplissement personnel en marge de l’institution sera matière à suspicion. On parvient ainsi à un « sous-développement » progressif de la confiance en soi et dans la communauté. » - Ivan Illich

 

Vous avez le pouvoir d’explorer les marges… autant que vos désirs profonds, votre créativité et votre monde imaginaire. Oui, il y aura des obstacles et de la suspicion. Ce ne sera pas toujours simple, parfois même épuisant. Mais vous gagnerez en confiance, vous trouverez des alliés. Explorer les marges, c’est pratiquer « l’esprit de rébellion ». Et c’est en se pratiquant à emprunter les marges que nous découvrons, que nous expérimentons, que nous entreprenons et que nous transformons.

 

Je vous souhaite une année 2019 remplie d’esprit de rébellion !

 

Sonia

 

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Please reload

Suivez-nous sur facebook