Please reload

À lire aussi

Le jour où j’ai laissé notre humanité à la porte

07/04/2017

 

--- et que je l’ai réalisé une semaine plus tard !

 

 

 

 

21 juin 2017

 

C’est mercredi matin. Je réponds à ma précieuse alliée et collègue Sonia sur Slack, un outil de collaboration en ligne qu’utilise l’équipe de L’ILOT pour échanger, quand... Boom ! Sonia me fait part d’un inconfort par rapport à un dossier dont JE suis responsable…

 

Sonia (8h08) : J'en profite pour exprimer ma difficulté avec les rencontres téléphoniques du lundi... et là je ne parle pas de la pertinence, ni de la nécessité, mais bien du moyen, c'est-à-dire « le téléphone »... je sais pas pourquoi, mais je n’arrive pas à me sentir bien avec ce moyen et je vis toujours de l'inconfort durant ou après une rencontre… »

 

Les rencontres du lundi… Ce sont des rencontres hebdomadaires d’une heure qu’on a mise en place pour partir la semaine du bon pied. L’intention de départ : « Avoir une vue d'ensemble de l'avancement des dossiers et identifier les problématiques nuisant à leur progression et les pistes de solution associées. » Parce que l’inconfort autour de ces rencontres avait déjà été nommé quelques semaines plus tôt, j’avais pris la peine de partager, par écrit, l’intention de la rencontre et certaines « consignes » pour nous guider.

 

En lisant le mot de Sonia, une boule me prend au ventre : malgré la tentative de clarification de ma part, force est de constater que je n’avais pas bien compris, la première fois, la raison du malaise… Fidèle à moi-même, je me remets alors en question (compétences, leadership, légitimité en tant qu’entrepreneure, raison de vivre sur terre … je sais, je suis intense...). Si je n’ai pas les réponses à ce malaise ni les compétences pour résoudre cette problématique, que puis-je faire ? Le statu quo n’est pas une option pour moi… Reste à poser des questions pour faire émerger la raison de cet inconfort et nous (me) laisser du temps pour que le voile se lève…

 

Marilyn (8h21) : Merci pour ce partage ! Je te propose un travail réflexif à deux, que l’on pourrait mener dans ce fil de discussion pour nous permettre d’avancer dans cette réflexion… Et ce, sur un délai indéterminé, en nous laissant le temps d'y réfléchir chacune de notre côté… Question 1 : À quel enjeu souhaitons-nous répondre avec cette réunion hebdomadaire ?

 

Sonia (8h29) : Tentative de réponse 1 : (Émoticône Clin d’oeil) Mieux évaluer le travail de chacune pour la semaine à venir afin de pouvoir agir sur les priorités, et s'entraider au besoin. Par ricochet, ce que j'aime dans ces rencontres, c'est le partage d'infos rapides sur l'avancement des dossiers, en étant « à jour » dans l'information sur les dossiers, cela nous permet de faire des liens dans nos dossiers respectifs tout en restant à l'affût des opportunités.

 

OK, finalement ce n’est pas l’intention ni la pertinence de ces rencontres… Mais qu’est-ce qui cloche avec ces rencontres ? Je plonge encore plus profondément dans ma zone de grognement (et de sentiment d’incompétence) …

 

 

22 juin 2017

 

Le lendemain matin, pendant ma lecture de « La confiance créative » de Tom Kelley, je tombe sur ceci : « Découvrez le vrai problème : (…) Les gens ne veulent pas acheter un foret d’un quart de pouce. Ils veulent un trou d’un quart de pouce ! »… Ah ah ! Et si ce n’était pas de rencontres hebdomadaires dont nous avions besoin pour atteindre nos objectifs ? Je tente donc une question pour regarder le tout sous un angle différent.

 

Marilyn (7h10) : Question 2 : Quelles conditions doivent être mises en place pour favoriser une évaluation juste du travail à faire par chacune, identifier les priorités et s'entraider au besoin ?

 

Bon, je me dis que ce n’est pas correct de juste lancer les questions. Je peux aussi me forcer et tenter des réponses…

 

Marilyn (7h22): Tentative de réponse 2 (je me lance !): Nous n'avons pas une réelle vue d'ensemble des dossiers. Le travail d'élaboration d'un "Gantt" pour l'ensemble des dossiers à venir d'ici la fin de l'année pourrait venir aider ceci. Aussi, j'ai l'impression que nous avons besoin de clarifier le rôle de chacun pour être en mesure de mieux "naviguer" dans ces rencontres.

 

Sonia (7h35) : Il est évident que la définition et la répartition de rôles clés vont faciliter le travail. Je suis justement à travailler un document pour réaliser un exercice sur les rôles en vue de notre rencontre du 30 juin... J'ajoute ces idées à mon document que je te partagerai avant le 30 pour que nous puissions regarder cela ensemble juste avant notre rencontre d'équipe ! (Émoticône Clin d’œil) Question 3 : Comment s'assurer que les mécanismes et les outils que nous développons (développerons) pour un meilleur fonctionnement au sein de l'équipe ne deviennent pas « trop » rigides ou encadrant ? Comment s'assurer qu'ils répondent aux enjeux de fonctionnement tout en laissant la flexibilité et la souplesse nécessaire à notre créativité d'équipe ? (P.S. Merci pour ce fil de discussion et cette conversation, j'aime!)

 

Oh my… Je suis rigide et encadrante, moi ? Eh oui, parce que si les mécanismes que je propose le sont, je dois l’être aussi… C’est pourtant à mille lieues de l’image que j’ai de moi (ou à tout le moins de ce que je souhaite être) … Je suis maintenant au plus creux de ma zone de grognement, à deux doigts de ne plus pouvoir remonter… Je décide donc de fuir ce sentiment de mal-être qui m’envahit, de prendre le large en me plongeant dans d’autres dossiers…

 

 

29 juin 2017

 

Je suis dans un café en attente d’une rencontre de travail. Je me dis que je ne peux pas fuir éternellement la question que Sonia m’a lancée. Une semaine plus tard, j’ai l’impression que la poussière est retombée. Que je peux maintenant « accueillir » la question et la reconnaître pour ce qu’elle est. Que j’ai le recul nécessaire pour apprendre du chemin parcouru au cours de la semaine et le réinvestir dans ma réflexion.

 

Marilyn (7h51) : Tentative de réponse à la question 3 (après plusieurs jours de réflexion non terminée...) : Pour moi, les outils ne peuvent être en soi rigide ou encadrant, c'est plutôt comment on les utilise (personnellement et en équipe). Ce que j'ai aimé de la rencontre de lundi dernier, c'est d'avoir invité notre humanité à participer avec nous... Je trouve que de nommer avec quel sentiment on arrivait à la rencontre ou comment on abordait la semaine à venir nous a permis d'utiliser la rencontre, non pas uniquement au bénéfice des projets et du plan d'action, mais également (et surtout) au bénéfice des gens qui portent ces dossiers. Tsé, dans notre équipe, il n’y a pas de crainte que les choses ne se fassent pas... De mon côté, j'ai une confiance en tous les membres. Ces rencontres servent peut-être finalement davantage à s'assurer que nous évoluons tous dans ces dossiers de façon épanouissante et satisfaisante, en équipe... et de faciliter la communication, un élément à la base de toute relation, mais qui est toujours si difficile à garder fluide et claire dans des environnements complexes et rapides comme nous les vivons, avec des êtres complexes (mais si attachants ;) vivant/ observant/ ressentant/ abordant différemment les choses... Et c'est ce qui est une richesse dans l'équipe...

 

Je prends un moment pour relire l’intention que j’avais proposée pour ces rencontres hebdomadaires. Et là… Boom ! Ce fut comme une gifle jaillissant de nulle part …

 

Marilyn (7h52) : Ces rencontres ont-elles réellement pour intention d'avoir une vue d'ensemble des dossiers et de leur avancement (bon, j'ai un haut le coeur de penser que j'ai écrit ça... C'est effectivement très contrôlant et empreint d'une "non-confiance" pas ressentie ;), ou plutôt d'avoir une vue d'ensemble des besoins des membres de l'équipe pour favoriser/faciliter l'avancement des projets en cours...

 

Sonia (08h06) : (Émoticone d'étincelles, de coeur, de face contente aux yeux en coeur et d'étoiles) 

 

Encarcanée dans mes vieilles habitudes et dans les mécanismes de gestion « traditionnels » que j’ai toujours connu, j’ai laissé les outils et les processus prendre le dessus sur les membres de l’équipe qui font la force de L’ILOT. J’ai laissé notre humanité à la porte de ces rencontres. J’ai oublié que ce sont ces êtres humains qui doivent être au centre de nos actions et de notre planification. Parce que c'est grâce à elles et avec elles que nous co-créons l’extraordinaire. Et que j’en fais partie…

 

 

Marilyn

 

 

PS: Voici la nouvelle mouture de l'intention de ces rencontres hebdomadaires. Elle va probablement évoluer dans le temps, au fur et à mesure que nous expérimenterons et apprendrons ensemble... "Offrir à tous les membres de l’équipe un espace nous permettant d’exprimer nos besoins pour faciliter l’avancement des projets au cours de la semaine qui commence."

 

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Please reload

Suivez-nous sur facebook